Nouvelle vidéo de #DataGueule : Zoom sur le chômage mondial

Publié le par Jason Lamiaux

Le chômage va être l'un des thèmes de la campagne présidentielle à venir. Comme il l'était lors de la campagne précédente. Et pour celle d'avant. En fait, cela fait des décennies que le chômage augmente sans que rien ni personne ne parvienne à l'enrayer sur le long terme.

 

Et si l'on sortait la tête du guidon pour chercher un peu de recul ?

 

Cette augmentation progressive du chômage raconte surtout une modification en profondeur du marché de l'emploi qui a commencé il y a plus d'un siècle avec le Taylorisme, notamment.

 

Nous approchons sans doute d'un point de bascule : celui où les employé/es ne seront plus nécessaires car les robots et l'intelligence artificielle seront devenus plus efficaces.


Quel nouveaux mécanismes imaginer alors pour redistribuer les richesses et inventer un nouveau contrat social ?

 

Publié dans Actualités, vidéo

Partager cet article

Repost 0

Etude de l'Insee sur la pauvreté dans le Nord-Pas-de-Calais

Publié le par Jason Lamiaux

Partager cet article

Repost 0

Le terrorisme français ou le cancer psychosomatique français

Publié le par Jason Lamiaux

Le terrorisme français ou le cancer psychosomatique français

En cette période de rentrée scolaire – professionnelle - politique, nous en avons terminé avec les expériences ubuesques de sécurisation des lieux de vacances. La liste des festivités annulées continue néanmoins de s’allonger au rythme des déclarations des maires, premiers magistrats, des communes de taille modestes comme des agglomérations.
Dans cette frénésie sécuritaire, une question semble être éludée du débat au profit des petites phrases politiques de tous bords : Comment des fils de France peuvent attaquer leur propre pays ?

Il me semble important de prendre un peu de hauteur et de dépassionner la question pour avoir un raisonnement purement factuel.

Non ces actes ignobles ne sont en aucun cas excusables, et encore moins tolérables. Non, ces individus ne méritent en aucun cas une quelconque pitié, ni indulgences. Oui, la plupart sont français, ce qui démontre que la république a failli.

Une distinction est marquante entre les différentes attaques qui ont eu lieux ces derniers mois, et repose essentiellement sur l’origine de la préméditation des attentats. Deux types d’attaques ressortent, distinguables par leur origine et leur objectif, le terrorisme idéologique et le terrorisme que nous pouvons qualifier de « structurel ».

Terrorisme idéologique

 

Les attentats dit « du Bataclan » et de l’HyperCasher prouvent les capacités d’organisation de l’autoproclamé Etat Islamique. Des dizaines de personnes, surarmées et déterminées, ont pu faire des centaines de victimes innocentes coupables d’avoir été uniquement au mauvais endroit, au mauvais moment.

Cette guerre idéologique fruit de plusieurs années de guerres occidentales dans le golfe persique pour des raisons plus ou moins légitimes impose une question : notre vision de la liberté individuelle suffit-elle à justifier les conséquences ? Sous l’apparence d’une guerre de religion qui ne dit pas son nom, il n’est en réalité qu’un moyen de défense barbare à une dépossession culturelle en échange de quelques barils de pétrole.

Les attaques contre le monde occidental qui en découlent sont organisées et gourmandes en ressources humaines et financières, presque totalement fournies par le « monde » qu’ils combattent. Le blanchiment du pétrole qui assure des ressources confortables à l’organisation terroriste n’en reste pas moins cautionné et facilité par des pays « amis » permettant aux automobilistes de rouler avec du sang.

Face à cette situation de guerre, l’Union Européenne des bons sentiments, n’a comme seule solution un PNR (Passenger Name Record) à l’européenne avec une efficacité… à l’européenne. La complaisance à l’égard des terroristes en puissance, le manque de suivi des personnes à risque, et la faiblesse des frontières turques appellent à une profonde modification des règles européennes. Ces changements de règles relèvent de multiples domaines : mise en place d’une police anti-terroriste européenne, un service d’enquête européen dédié aux personnes à risque, le suivi des voyages intra-européens et des frontières.

Au-delà du simple constat des « il faudrait », n’oublions pas que le terrorisme se nourrit également des fils de France, à grand renfort d’arguments se voulant être une réponse à leur quête identitaire.

Terrorisme structurel

 

Les actions terroristes de Nice et de Saint-Etienne-du-Rouvray montrent un autre visage des attaques contre nos libertés. Ce terrorisme de proximité à l’aspect inquiétant permet à tout à chacun de trouver une justification, médiatisée et politico-religieuse, à une pulsion maladive meurtrière.

Aujourd’hui n’importe quel individu névrosé peut se permettre de commettre, avec des moyens aussi rudimentaires qu’un camion ou un couteau de cuisine, un attentat au nom d’une organisation internationale qui se veut médiatique. La promotion systématique de ces terroristes, la communication de leurs noms et photographies, leurs biographies et la mise en lumière de leurs parcours ne peuvent être qu’autant d’arguments encourageants pour un individu malade ne trouvant pas de sens à son existence.

L’état névrotique de l’individu n’est pas le seul élément qui peut expliquer le phénomène dit « de radicalisation ». Soit-dit en passant le terme « radicalisation » me semble on ne peut plus inapproprié. Comment parler de radicalisation religieuse lorsque les principes religieux sont totalement antinomiques avec les actions issues de cette radicalisation ? Le lien cause – action relève alors de la schizophrénie idéologique.

A ceux qui utilisent l’Islam comme une justification à leurs assassinats odieux et sordides, peut-être serait-il utile de rappeler que « quiconque tuerait une personne non coupable d'un meurtre ou d'une corruption sur la terre, c'est comme s'il avait tué tous les hommes » (Sourate 5 Verset 32 du Coran).

Ceci étant rappelé, il est nécessaire de se demander pourquoi tant de personnes cherchent un sens à leur vie par cette pseudo « radicalisation ». Le manque de réflexion spirituelle, qu’elle soit philosophique, religieuse ou humaniste est sans doute la porte d’entrée des théories nationale-socialiste élargies et modernisées par DAESH.

De plus, à grand renfort de déclarations politiques, la France est parvenue à créer deux types de Français : les français de base ; et les français condamnés à être perpétuellement dans une démarche d’intégration. Comment certains peuvent-ils ne pas être désenchantés quand, nés français, on leur rappelle constamment leur devoir « d’intégration » ?

Imaginez-vous un instant face d’une personne qui vous répète que « c’est à vous de vous intégrer en France ! ». Je suis presque certain que votre réponse sera « Pourquoi ai-je à m’intégrer dans mon propre pays ? ». Il y a de quoi créer un véritable sentiment d’exclusion... Sentiment qui facilite l’appel des extrémistes, pour peu que la personne soit en quête d’elle-même.

Ce n’est pas par la création d’un « Islam de France » ou en interdisant telle ou telle tenue sur une plage que l’Etat règlera le problème identitaire français. Faire de l’ingérence religieuse un thème de campagne pour les prochaines présidentielles, sans se poser la question de l’éducation civique et fraternelle, est pour moi une absurdité indescriptible.

Le vrai enjeu du prochain Président de la République sera indubitablement de recréer l’esprit de communauté entre les français, ce qui n’existe plus aujourd’hui. Pour recréer cet esprit de communauté, les seules clés resteront l’éducation des valeurs françaises dès le plus jeune âge et offrir aux français une vision du pays dans laquelle chacun aurait vraiment sa place.


En conclusion, je me contenterai de citer Baden Powell, dont les propos avant la seconde guerre mondiale sont toujours d’actualité plus de 80 ans plus tard : « On inculque à toutes les couches de la société le souci de l’intérêt personnel ; il n’y a rien d’étonnant à ce que notre pays soit divisé contre lui-même ; à ce que chacun cherche son avantage et rivalise sans scrupule avec son voisin pour obtenir la haute main ; à ce que les cliques et les partis politiques, les sectes religieuses et les classes sociales en fassent autant, au plus grand détriment des intérêts du pays et de l’unité nationale. » [Baden Powell – Eclaireurs – 1929].

 

Pour aller plus loin :

Numéro vert de prévention : 0 800 00 56 96

Publié dans Tribunes, Actualités

Partager cet article

Repost 0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>