Création du dispositif « Zones d’Emploi Prioritaire »

Publié le par Jason Lamiaux

Création du dispositif « Zones d’Emploi Prioritaire »

En France, des territoires sont plus touchés que d’autres par ce fléau français qu’est l’inactivité professionnelle. L’Audomarois et le bassin Béthunois en sont des exemples assez marquants : près de 45 % de chômage chez les jeunes et presque autant pour les profils dits « séniors ».

Les modalités d’amélioration de l’emploi mises en place ces dernières années n’ont permis d’offrir pour beaucoup que des emplois précaires au titre des fameux « contrats aidés ».

Ces dernières génèrent certes un sentiment d’activité pour la personne embauchée, mais s’accompagnent surtout d’un retour rapide à la précarité et de situations complexes en matière de prestations sociales (Baisse des APL lors de la fin de contrat car les revenus pris en compte sont ceux de la période d’activité, perte de la CMU car les fameux barèmes ne laissent pas de place à la bonne foi du demandeur).

Beaucoup de personnes ne bénéficient pas en réalité d’un véritable emploi à la suite de ce type de contrats qui coûtent pourtant cher à la collectivité.

Je propose la création d’un dispositif de retour à l’emploi par la création de « Zones d’Emploi Prioritaire ».

Ces zones, définies à partir d’un niveau d’inactivité fort pour l’ensemble des tranches d’âges, bénéficieront d’un suivi de proximité en trois étapes :

Premièrement, un audit sera effectué auprès de l’ensemble des entreprises du territoire afin de déterminer celles qui souffrent d’un déficit de recrutement ainsi que le type d’emplois offerts et les profils recherchés.

Beaucoup de secteurs n’arrivent pas à recruter faute de notoriété ou par défaut de formation des demandeurs d’emploi.

Deuxièmement, l’audit se poursuivra auprès des demandeurs d’emploi afin de connaitre leurs besoins en termes d’emploi.

Chaque personne a besoin d’un accompagnement plus ou moins important dans les démarches de retour à l’emploi. Cet audit permettra de mettre en place un suivi individualisé des demandeurs d’emploi.

Dès que cela sera possible, une formation en alternance sera proposée aux demandeurs d’emploi afin d’accéder aux métiers identifiés par l’audit effectué auprès des entreprises.
Il sera aisé de faire une mise en relation entre les entreprises demandeuses et les demandeurs d’emploi via une plateforme numérique de gestion des candidatures.

Troisièmement, les entreprises bénéficieront d’une réduction dégressive des charges patronales durant 5 ans lors de l’embauche en CDI des personnes formées à la suite de leurs périodes d’alternance.

Grâce à l'analyse du besoin en recrutement des entreprises ; la formation en alternance des demandeurs d’emploi aux métiers identifiés et une réduction dégressive des charges patronales sur 5 années après l’embauche en CDI des personnes formées, nous pourrons agir efficacement sur l’emploi.

Publié dans Législatives 2017